Magazin'Art
Magazin'Art


                                                               LOUISE MARION
                                  "L'HARMONIE DES CONTRASTES" Article Revue ÉTÉ 2011


Dynamique et audacieuse, Louise Marion a toujours carburé aux projets.
C’est cependant comme gestionnaire qu’elle concrétise d’abord
ce besoin d’action, même si elle ne cesse de peindre
pour autant. Mais si elle réussit à s’imposer parallèlement
en galerie dès 1996, il vient un temps où le fait de
mettre tant d’énergie à s’occuper des aspirations des autres,
aussi stimulantes soient-elles, lui donne l’impression de passer  à côté ¸
de sa propre vie. Ainsi, après avoir travaillé plus de 20 ans pour de grandes
entreprises, elle décide en 2007 de céder toute la place à ce qui
palpite si fortement dans son coeur et elle abandonne sa carrière
de comptable pour se consacrer uniquement à son art.
Sa peinture prend alors un rythme intensif d’évolution qui
permet à son style de mieux s’affirmer. Disposant dès lors
de tout son temps, elle en profite pour produire davantage,
en plus de participer à de nombreux symposiums et
évènements artistiques qui lui donnent une visibilité internationale.
Jamais elle ne regrettera son choix. « C’est une belle vie,
je me le dis souvent. Je me sens privilégiée de faire
ce que j’aime ! »


   
   Née à Joliette en 1958, Louise Marion est une enfant unique
   qui s'épanouit pleinement au sein d'une famille oùla musique
   égaye le quotidien. Son attirance pour les arts est d'abord
   globale – la danse, le dessin et le théâtre l'interpelent de manière égale.
   Sa jeunesse est très heureuse et l'imprègne à jamais d'un bonheur forgeant  
   des souvenirs qui nourrissent encore son âme aujourd'hui. Sensible au
   bien-être des autres,elle se préoccupe de son entourage afin que chacun profite
   de son énergie positive. Généreuse, elle partage avec simplicité son inépuisable
   joie de vivre et ses oeuvres, dont  les couleurs pures éclatent de lumière,
   traduisent cette intention de faire plaisir et cette confiance en la vie.
   


   Louise Marion sait faire la fête et se lie principalement avec ceux qui,
   comme elle, célèbrent  la vie dans l'allégresse. Elle s'accorde une
   liberté complète, peu importent les risques,  l'aventure de la découverte
   primant le confort. Toujours prête à vivre une nouvelle expérience,
   elle demeure à l'écoute de ce qui se manifeste naturellement et crée  
   aussi elle même les opportunités qui concrétisent ses envies. Elle ne veut pas
   attendre la retraite pour réaliser ses rêves et vit à fond le présent, sans se
   préoccuper de plaire à quiconque ni chercher à répondre à des attentes
   étrangères à ses désirs profonds. « Je vis chaque jour comme si c'était le
   dernier », résume-telle. Certaines de ses qualités professionnelles, notamment
   le sens de l'organisation et de la mise en marché, lui sont d'une grande utilité
   pourfavoriser ce mode de vie d'artiste, où tout est possible, mais où rien n'arrive
   sans effort.
                                                   


   Essentiellement autodidacte, sa signature s'est confirmée avec  l'assurance acquise au fil du temps.
   Sa production se partage entre scènes urbaines et  paysages champêtres, deux pôles lui assurant
   une complétude personnelle. Elle s'amuse aussi à peindre des scènes d'hiver sous les étoiles,
   parce que la lune et les lumières artificielles de cet univers nocturne contribuent à accentuer
   les disparités et à faire ressortir la couleur de la neige, puisque rien n'est vraiment blanc à ses yeux.  
   Ayant vécu une trentaine d'années dans la région de Montréal, ses scènes de ville proposent
   des images en plans rapprochés, où le vécu des citadins se décline simplement, sans toutefois
   qu'on y ressente l'agitation qui leur est habituellement associée. En effet, Louise Marion tient offrir des
   instants de détente propices à s'évader momentanément vers la félicité. Privilégiant le format cravate,
   étroit et vertical, elle sépare alors l'espace en trois plans qui correspondent aux étages des bâtiments
   qui se dressent en hauteur, comme une portion de réalité. Guillerets, ses personnages sans visage
   rappellent toutefois l'anonymat et l'indifférence qui règnent dans les métropoles. Quand à
   ses paysages dans lesquels l'oeil s'enfonce doucement suivant les différents plans,
   ils invitent à s'arrêter pour ressentir l'envoûtement que peut provoquer la nature sur les êtres.
   Aucun humain ne vient ici distraire le regard de sa contemplation.


Louise Marion tient aussi à transmettre l'héritage patrimonial que portent en eux les petits villages de campagne, qu'ils soient du Québec ou d'ailleurs. « Les oeuvres d'art reflètent l'histoire et transmettent la culture d'un peuple. Cette dimension est importante pour moi et j'en tiens compte dans mes tableaux. »
Peut-être un legs de son ancien métier, sa pensée rationnelle lui sert à élaborer des compositions structurées, définies initialement par des formes souvent géométriques. Elle commence par texturer ses fonds de manière aléatoire pour que subsiste un élément de surprise lors du dessin et pour que les couleurs adhèrent davantage. Elle scelle ensuite la toile avec un ton de terre pour magnifier l'ensemble des teintes utilisées. Non altérées et opaques, celles-ci sont appliquées sans nuances une fois les objets sommairement tracés à la mine. Et c'est là que toute l'exubérance de Louise Marion exulte. À partir de ce qui vibre en elle, cette expressionniste étend les couleurs par grands aplats lisses, sans dégradés ni fondus. Puis, un trait noir vient cloisonner les formes ainsi esquissées, mettant leur caractère en évidence tout en créant un subtil effet de mosaïque. Bien qu'elle ait beaucoup recours à la juxtaposition de  couleurs complémentaires et que les contrastes soient forts, le calme émerge et la paix cohabite avec la fougue des couleurs. L'esprit n'est pas tiraillé et peut donc visiter
l'oeuvre avec un sentiment de plénitude, malgré la stimulation vive des pigments qui font monter l'émotion.  Finalement, elle rehausse le tout grâce à un vernis brillant pour donner encore plus d'intensité, si  cela se peut. La curiosité naturelle de Louise Marion la porte à éviter de rester sur place et elle est attentive à  tout ce qui peut l'amener plus loin. C'est suivant ce principe qu'elle explore différents matériaux et fait des essais.


Ses pas récents vers l'abstraction n'ont comme but que de lui permettre de sortir de ses propres sentiers afin de se placer dans cet état légèrement instable qui fait surgir l'inattendu. Elle se contente de jouer avec la matière et d'explorer d'autres facettes d'elle-même, sans vouloir présenter ces créations publiquement. « Je n'arrive pas à me satisfaire de ce que j'ai accompli. En peinture, on va toujours de découverte en découverte et tout ce qui fait partie de notre démarche est pertinent dans la finalité créatrice. » Côté projets, Louise Marion aimerait jumeler sa passion première à celle presque aussi grande qu'elle cultive pour les voyages. Accompagnée d'Yvon St-Aubin, son complice de tous les jours également artiste peintre, elle tient un atelier de dessin et de peinture en plein air deux fois par année dans la région de Charlevoix. Elle aimerait adapter ce concept à l'Europe, notamment en Toscane, où la luminosité exceptionnelle la fascine et interpelle sa fibre de coloriste. Un livre réalisé en collaboration avec sa nièce qui aime écrire mijote aussi dans sa banque d'idées, même si elle préfère ne pas en révéler le thème avant l'heure.


   
    Louise Marion n'est jamais à bout de ressources et elle profite d'une capacité à créer son
    destin. La vie lui insufflera certainement des tentations de nature à piquer son instinct de
    pionnière pour lui faire découvrir de nouveaux horizons. Persévérante, l'artiste a su prendre sa
    place dans un monde tel qu'elle se l'imaginait depuis longtemps, prouvant que tout arrive à qui
    veut bien y croire et s'y mettre ardemment.

   


   
    Lisanne LeTellier



    Louise Marion est inscrit dans le Répertoire biennal des artistes canadiens en galeries publié par
    MAGAZIN'ART.
 
Magazin'Art


                                                               LOUISE MARION
                                  "L'HARMONIE DES CONTRASTES" Article Revue ÉTÉ 2011






un ouvrage de référence bilingue que publie MAGAZIN'art depuis plus de 10 ans. Consulté en galeries et dans les musées, ce livre au format impressionnant est prisé autant par les collectionneurs que par les amateurs sérieux d'oeuvres d'art. Dans son édition 2009-2010, on y retrouve plus de 700 peintres et sculpteurs canadiens, des artistes qui sont tous présents en galerie.

Marion est répertoriée au répertoire Biennal de Magazin'art depuis 2000.
RÉPERTOIRE BIENNAL DES ARTISTES CANADIENS EN GALERIES 2009-2010